Pour une "PEUGNET" de dollars

Née officiellement le 15 mars 2003, héritière de l’association cartophile créée en 1995, l’association cartophile et historique de Vaulx-Vraucourt et ses environs compte une cinquantaine d’adhérents. Et le président, Christian Desongnis, n’est pas peu fier de pointer sur cette liste de passionnés d’histoire locale, le nom d’un citoyen américain : Chuck Peugnet de Glendale en Arizona ! « Il a envoyé dix dollars pour régler sa cotisation… Je crois qu’on va l’encadrer ce billet ».

Mais que vient faire ce Chuck à Vaulx-Vraucourt, village de 1 122 habitants, entre Bapaume et Croisilles, « berceau » de saint Landelin, du sénateur Henri Bachelet ? C’est une histoire incroyable, une enquête ciselée que raconte avec force détails Christian Desongnis… 33 ans de gendarmerie dont 22 dans les stupéfiants.

Il faut remonter à 1960 pour saisir les prémices de l’aventure. Une dame arrive des États-Unis à Vaulx-Vraucourt, avec son fils, afin de retrouver la tombe d’un certain Peugnet, soldat de Napoléon devenu colonel puis baron d’Empire. Elle rencontre Jean Dubois, des relations épistolaires sont engagées… Fin du premier épisode, jusqu’au témoignage du petit-fils de Jean Dubois, Jean-Pierre Anquez, membre de l’association cartophile ! Il n’en faut guère plus pour mettre le « major » Desongnis sur la piste Peugnet. Très vite, Chuck Peugnet est cerné : avec Internet, l’enquête est bouclée en deux clics trois méls.

Le fameux baron Peugnet a eu deux neveux, élèves à Saint-Cyr. Hyacinthe et Louis reviennent un beau jour à Vraucourt (qui ne s’est marié avec Vaulx qu’en 1821) alors occupé par les Anglais, après Waterloo… Ils refusent de quitter leur uniforme, et la petite rébellion tourne au vinaigre avec mort d’hommes (huit Anglais). L’affaire est étouffée, nos deux neveux rejoignant vite l’armée du Roi. On croise à nouveau les Peugnet à Ostende, au Canada où ils fondent un New-Vraucourt et enfin à New York où ils bâtissent une école militaire, qui verra passer entre autres le général Lee.

Quel feuilleton à rebondissements !

Aujourd’hui, Christian Desongnis et ses amis (dont Marie-Lise Fontaine, professeur d’histoire et petite-fille d’un ancien secrétaire de mairie, inventeur des villas gallo-romaines de Vaulx-Vraucourt) rêvent de réunir tous les Peugnet, de France, de Navarre… et des « States ».

Autre souhait des cartophiles, généalogistes, héraldistes qui se réunissent une fois par mois : écrire une histoire la plus complète possible de Vaulx-Vraucourt ! La matière ne manque pas, de saint Landelin, chef d’une bande de joyeux lurons devenu fondateur d’abbayes, à Henri Bachelet, fondateur du Crédit Agricole, conseiller général puis sénateur en 1920, en passant par les seigneurs de Longueval dont les gisants (du XVIe siècle) ont été épargnés quand l’église a subi les bombardements de la Première Guerre mondiale, ou la procession du Saint-Sacrement qui sillonne les rues du village depuis 1549 !
Sans négliger les petites histoires, les anecdotes qui surgissent au fil des réunions mensuelles, « min grand-père i dijot toudis ! ». Mais Chuck parle-t-il patois ?

(article paru dans l'echo du Pas-de-Calais n°45 de juin 2003)
Christian


épopée américaine

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site